École Bilingue Notre-Dame de Sion

Innovation pédagogique au primaire
École Bilingue Notre-Dame de Sion

La technopédagogie en 4e année

 

École Bilingue Notre-Dame de Sion

Située dans l’arrondissement Saint-Laurent à Montréal, l’École Bilingue Notre-Dame de Sion accueille 300 élèves de la maternelle à la 6e année. 

 

Objectif

Inspirées par leurs récentes formations professionnelles, les deux enseignantes de français de 4e année de notre école ont tout d’abord décidé d’élaborer un projet pilote d’une durée d’un mois. Le but de l’expérimentation était de rendre les élèves plus actifs et moins passifs dans leur apprentissage, augmenter l’autonomie et le travail collaboratif à travers des projets significatifs et motivants et enfin, gagner du temps pour donner des rétroactions personnalisées en cours de travail. C’est grâce aux technologies (iPad, Suite Google, Applications, ordinateurs) que ces buts ont pu être atteints.

 

Description

Le projet initial proposait de transformer la façon traditionnelle d’enseigner de ces deux enseignantes pour la durée d’un mois. Pour s’y faire, elles proposaient à leurs élèves de couvrir la majorité des notions vues en français au cours du mois en travaillant deux demi-journées par semaine en ateliers au cours desquelles les élèves seraient entre autres invités à utiliser les tablettes numériques (iPads).

Après avoir reçu l’accord de la direction, l’appui des parents de leurs élèves et à la suite de plusieurs heures de planification, le projet a pu prendre vie au retour des vacances de Noël, en janvier 2017.

Comme point de départ, les élèves ont tout d’abord reçu un plan de travail détaillé pour le mois. Dans ce plan de travail, tous les élèves avaient des ateliers obligatoires à compléter, et ce, dans l’ordre de leur choix. Ils avaient ainsi la possibilité de choisir l’atelier qui répondait à leur goût du moment ou encore en faire un où ils se sentaient prêts à compléter l’activité proposée (par exemple: un test de lecture ou une dictée). Certains ateliers devaient être complétés individuellement, mais plusieurs se faisaient en équipe favorisant ainsi la collaboration, une compétence essentielle dans le monde d’aujourd’hui et de demain. Lorsqu’ils avaient complété les ateliers obligatoires, les élèves pouvaient progresser vers les ateliers facultatifs. Ainsi tout le monde travaillait à son rythme. Un tableau de suivi permettait à l’enseignante de bien suivre la progression de tous ses élèves à travers les ateliers.

Comme les élèves étaient autonomes et occupés à travailler sur leurs ateliers, cela permettait à l’enseignante d’être plus présente auprès de chaque élève afin de lui apporter une rétroaction et un suivi beaucoup plus efficace et personnalisé. La plupart des ateliers intégraient l’utilisation du iPad ce qui, pour l’élève, rendait l’apprentissage beaucoup plus ludique. De plus, les enseignantes ont beaucoup réfléchi quant au choix de l’utilisation des technologies à travers leur projet. En plus de rendre le travail plus amusant pour l’élève, l’apport technologique devait différencier l’apprentissage, soit en permettant à l’élève de comprendre le concept à son rythme (ex.: visionnement de capsules vidéo), soit en demandant à l’élève de s’investir dans ses apprentissages en participant activement (ex.: s’enregistrer pendant la correction de sa dictée, questionnaire à remplir en ligne, etc.).

 

Retombées

Ce projet a su susciter un élan d’enthousiasme généralisé chez tous les élèves de 4e année. Les élèves étaient engagés et motivés envers leurs apprentissages. Grâce à ce projet et cette façon de fonctionner en classe, les enseignantes ont su grandement développer l’autonomie chez leurs élèves. De fait, la gestion de classe s’en est trouvée très facilitée. Les enseignantes ont également remarqué une amélioration en communication orale due à la collaboration et aux échanges entre les élèves. Les élèves de 4e année ont également été confrontés à la sécurité sur le web. Ils ont dû apprendre à bien utiliser les technologies de l’information de façon à devenir de bons citoyens numériques. En ce qui concerne l’aspect de la rétroaction envers le travail des élèves, les enseignantes ont pu constater des projets de meilleure qualité et dont les élèves étaient fiers.

Pour le reste du personnel, ce fut une source d’inspiration. Plusieurs enseignants sont venus visiter les classes durant le projet et en ressortaient enchantés et tentés de modifier leur façon d’enseigner à leur tour. Ils ont pu d’ailleurs comprendre la nécessité d’utiliser la technologie ayant en tête une intention pédagogique ciblée.

Les parents, quant à eux, n’avaient que des éloges par rapport au projet et souhaitaient voir sa continuation dans les mois suivants. Le projet nous a également permis d’évaluer la qualité du réseau internet/Wifi de l’école. Les constatations notées nous permettront d’apporter les changements nécessaires à notre réseau avant de faire l’achat de plus de tablettes ou d’outils technologiques.

Enfin, comme le projet a été un succès, il se poursuit pour le reste de l’année scolaire. Ce fut sans contredit, une de ses plus grandes retombées.

Contact

Marie-Hélène Dupuis et Stéphanie Kurdi

Tél.

Courriel

 

Compétences

Posté le

mai 26, 2017